Les réseaux sociaux décentralisé et open source

 | 0 commentaires
Les reseaux sociaux decentralise

Si vous avez mare que les grands réseaux sociaux vous pistent constamment ou utilisent vos données personnelles pour, par exemple, afficher de la publicité, alors, les réseaux sociaux libre et décentralisé sont là pour vous.

Réseaux centralisés

Un des principaux problèmes des réseaux sociaux tel que Facebook, Twitter, Instagram, … c’est que ce sont des réseaux centralisés. C’est-à-dire que toutes les données concernant les utilisateurs (dont vous) sont stockées au même endroit et sont gérés par un ou plusieurs responsables d’une même entreprise.

Avec comme conséquences, vos données servent à afficher des publicités ciblées qui donnent plus de profit à l’entreprise, vous n’êtes plus maître de vos données personnelles (même si le RGPD à un peu amélioré la situation), vos contenus et les contenus de vos amis, pages (pour Facebook) sont affichés suivant l’ordre défini par le réseau social, …

Bref, votre vie privée en prend un coup et vous n’êtes plus un utilisateur mais un produit de consommation.

 

Réseaux décentralisés et open source

Si, comme pour beaucoup de personnes, vous vous souciez de votre vie privée et que vous voulez continuer sur les réseaux sociaux, il existe plusieurs alternatives :

  • Mastodon
  • Diaspora
  • Plemora
  • Friendica
  • PeerTube
  • PixelFed

Ces alternatives font partie principalement du fediverse. Le fediverse forme un ensemble de serveurs dont une application web (Mastodon, Diaspora, …) a été installée. Ça permet aux serveurs de communiquer entre eux en utilisant un protocole (le plus utilisé ActivityPub).

Chaque serveur est appelé instance (ou node en anglais) et est géré par une association ou par une personne désirant contribuer à l’élaboration du réseau. On dit que le réseau est décentralisé, à l’inverse des réseaux centralisé où une personne (ou une entreprise) gèrent tous les comptes.

Et donc, en pratique, lorsque vous vous vous inscrivez à une instance, vos données personnelles y sont stockées sur le serveur de l’instance mais ne sont pas communiquées aux autres serveurs. Seuls vos messages sont partagés entre serveurs. Donc en cas de piratage d’une instance, seul les comptes de l’instance peuvent être mis à mal.

Un autre avantage des réseaux décentralisé, l’open source. En effet, les différentes applications web font partie des logiciels libre. Le code complet est visible sur GitHub principalement et tout le monde (qui a assez de connaissance 😉 ) peut contribuer à la résolution des bugs ou à l’amélioration de l’application.

Quel réseau social choisir pour commencer ?

Pour franchir le pas et entrer dans le monde des réseaux sociaux libre et décentralisé, je préconise Mastodon.

Mastodon est une application de microblogage qui ressemble à Twitter où vous pouvez envoyer des message appelé pouets ou toots en anglais. A l’instar de Twitter, vous pouvez envoyer des messages contenant jusqu’à 500 caractères. Vous pouvez également partager (appelé boosts) un pouet ou le mettre dans vos favoris. Concernant l’interface, vous avez plusieurs fils d’actualité :

  • L’accueil avec les pouets, les boosts des utilisateurs que vous suivez.
  • Le fil public local avec uniquement les pouets de votre instance.
  • Le fil public global avec les pouets des instances connues par votre instance.

Mastodon, c’est aussi le réseau social où le nombre d’inscrit est le plus important.

Maintenant qu’on a choisi son réseau social, il faut choisir son instance.

Quelle instance choisir pour débuter sur Mastodon ?

A l’heure où j’écris ces lignes, Mastodon compte largement plus de 1000 instances dont plusieurs francophones. Le nombre d’inscrit par instance peut aller d’à peine quelques utilisateurs à plusieurs dizaines de milliers voir même beaucoup plus.

Alors, faut-il choisir une petite ou grande instance ?

Répondre à cette question n’est pas évidant car chacun à des avantages et des défauts.

Être dans une grande instance à l’avantage d’avoir un fil public local avec souvent de nouveaux pouets et un fil public global plus fournis. Tandis que dans une petite instance, le nombre de nouveaux pouets sera moins important dans les fils.

L’inconvénient d’une grande instance, c’est en quelque sorte centraliser beaucoup de comptes au même endroit, qui est l’inverse de la philosophie du décentralisé. Et donc géré par une seule personne ou association.

Vous pouvez également choisir une instance en fonction de la langue principale utilisée, de sa modération, de son thème, …

Il existe un site (en anglais) pour vous aider à trouver une instance : https://instances.social/

Vous pouvez sélectionner votre langage, le nombre maximum d’utilisateurs et la modération. Vous aurez une liste d’instance avec le nom et la description.

 Liste de quelques instances

Pour vous aider, voici une liste non exhaustive d’instances francophone.

 

Si vous cherchez une petite instance, je vous recommande https://mastodon.huloop.com. Je viens d’y avoir créé un compte au nom Skriwell. Ajouter-moi et vous aurez l’avantage d’être averti des nouveaux articles.

 

Skriwell abandonnera-t-il Facebook, Twitter et Cie ?

Non, malgré la création d’un compte Mastodon, Skriwell n’abandonnera pas Facebook. La principale raison est qu’à l’heure actuelle, une publication touchera plus de monde sur Facebook que sur Mastodon. De plus, il ne me semble pas qu’il y a un réseau décentralisé avec des pages, groupes, … comme sur Facebook.

Par contre pour Twitter, Skriwell l’a abandonné au profit de Mastodon avec le compte Skriwell.

Soit le premier à commenter cet article.

Ton commentaire